France sans armes nucléaires

Accueil du site > Prises de position > Une motion pour soutenir la campagne

Communauté Mission de France

Une motion pour soutenir la campagne

Été 2012

mardi 16 octobre 2012, par Benjamin

La Communauté Mission de France (CMdF) est une composante de l’Eglise Catholique française. Elle est composée d’environ 700 personnes : prêtres, dont la majotité est ou a été au travail (souvent en tant que prêtres ouvriers), religieux et religieuses, laïcs, de 25 à plus de 90 ans, organisés en "équipes de mission" établies dans plusieurs diocèses.

Réunis lors de l’AG de juillet 2012, près de 500 de ses membres ont adopté à une très large majorité cette motion sur le désarmement nucléaire qui était présentée par un petit groupe, dont Patrick Hubert (quelques autres laïcs de la CMdF sont aussi membres du Man !). A signaler que des membres de la CMdF sont aussi membres du Mouvement de la Paix et ont approuvé cette motion.

Cette motion a été validée - c’est la règle pour les motions approuvées par l’AG de la CMdF ! - le 2 octobre dernier (journée mondiale de la non-violence) par la commission épiscopale (composée de quelques évêques) en charge de la CMdf (l’une des 8 commissions de l’Eglise de France). En effet, la Mission de France étant une "création" de l’épiscopat français (cette création date de 1941), toute motion votée par l’AG doit être "validée" par cette commission épiscopale (ce qui n’est pas automatique car 2 des 4 autres motions votées à l’AG n’ont pas été validées. Cette validation est donc un signe encourageant pour une évolution officielle de la positioin de l’Eglise de France sur le désarmement nucléaire".

Motion adoptée par l’Assemblée générale de la Communauté Mission de France

Puisez votre énergie dans le Seigneur et dans la vigueur de sa force. Revêtez l’équipement de Dieu pour le combat, afin de pouvoir tenir contre les manoeuvres du démon » Ep 6,10-11

Depuis des décennies, à la suite des bombardements d’Hiroshima et de Nagasaki, des millions de femmes et d’hommes, parmi lesquels de nombreux chrétien-ne-s, luttent pour l’élimination de l’arme nucléaire.

En France, la dernière prise de position de l’épiscopat sur la question de la dissuasion nucléaire date de 1983 avec le texte Gagner la paix. La Mission de France avait alors réagi en signant le texte Apprendre à bâtir la paix.

Depuis le monde a fortement changé et les menaces ne sont plus de même nature. Aussi la Communauté Mission de France a-t-elle décidé de se ressaisir de cette question par l’intermédiaire de quelques uns de ses membres qui se sont réunis lors de l’Université d’été de 2011. Des échos de cette réunion de l’été 2011 ont paru dans Paroles de mission de décembre 2011.

Aujourd’hui, ce groupe de l’été 2011, auquel se sont joints d’autres membres de la Communauté Mission de France, propose ce texte de motion :

  • « Constatant que notre pays et la planète sont, aujourd’hui et dans les années à venir, confrontés à des menaces économiques, sociales, environnementales et terroristes,
  • persuadée que la dissuasion nucléaire ne saurait être une réponse crédible à ces menaces,
  • estimant qu’elle est au contraire dangereuse, notamment en incitant à la prolifération, coûteuse, inefficace, illusoire au point d’être devenue une idole des temps actuels, et qu’elle est depuis toujours immorale et contraire au message de l’Evangile par le fait que sa mise en oeuvre conduirait à la mort de centaines de milliers de personnes et à la destruction de vastes territoires,
  • ayant entendu le Pape Benoît XVI affirmer, le 1er janvier 2006, que compter sur les armes nucléaires était « funeste et fallacieux »,
  • ayant lu les déclarations de Mgr CHULLIKATT, observateur permanent du Saint Siège à l’ONU, faites le 1er juillet 2011, notamment : « L’illégalité de la menace et de l’emploi des armes nucléaires remet sérieusement en question la légalité de posséder des armes nucléaires »,
  • ayant ainsi pris acte de l’évolution fondamentale et décisive des responsables de l’Eglise sur cette question,
  • confortés de surcroît par le fait que des personnalités telles que Stéphane Hessel ou Albert Jacquard ont signé l’appel à un désarmement nucléaire unilatéral de notre pays, que l’ancien ministre de la défense Paul Quilès, dans son livre « Nucléaire, un mensonge français », et l’ancien premier ministre Michel Rocard se sont récemment prononcés pour « l’abandon de la dissuasion nucléaire »,

la Communauté Mission de France, réunie en Assemblée Générale ce 15 juillet 2012 :

1) dit son accord avec la proposition de Convention d’élimination des armes nucléaires présentée à l’ONU par le Costa Rica et la Malaisie, proposition déjà soutenue par 146 Etas dont le Saint Siège,

2) estime que, dans un souci de cohérence avec cet objectif mondial, le désarmement nucléaire unilatéral de la France doit être envisagé sérieusement

3) demande à la Conférence des évêques de France de se saisir rapidement de cette question et souhaite qu’ils osent prendre une position qui aille dans le sens des demandes formulées ci-dessus.

4) encourage chacun-e de ses membres à devenir signataire de la campagne demandant ce désarmement nucléaire unilatéral (Campagne du Mouvement pour une Alternative Non-violente accessible sur www.fsan.fr) ainsi que de la campagne de soutien à la Convention d’élimination des armes nucléaires (campagne ICAN - Campagne Internationale pour l’Abolition des armes Nucléaires- accessible sur www.icanw.org »

Répondre à cet article

SPIP | Se connecter | Plan du site | Suivre la vie du site RSS 2.0
Habillage visuel © Andreas Viklund sous Licence free for any purpose