France sans armes nucléaires

Accueil du site > Ressources et débats > Mettre la politique des États-Unis en matière d’armes nucléaires en procès face (...)

31 aout 2012

Mettre la politique des États-Unis en matière d’armes nucléaires en procès face à la « Cour » de l’opinion publique

Par David Krieger

mardi 11 septembre 2012, par Benjamin

Par David Krieger

Traduction par Benjamin Cozet (MAN Lyon)

La Cour Internationale de Justice, la plus haute autorité de justice dans le monde, a déclaré que l’utilisation des armes nucléaires serait illégale car son usage violerait le droit international humanitaire. Ne pas faire la distinction entre civils et combattants serait illégal, comme toute utilisation donnant lieu à des souffrances inutiles. En outre, la Cour a estimé que toute menace d’une telle utilisation serait illégale. Il est pratiquement impossible d’imaginer une utilisation ou menace d’utiliser qui ne violerait pas le droit international humanitaire.

La politique des États-Unis concernant l’armement nucléaire ne répond pas aux normes du droit international humanitaire et n’est pas non plus à la hauteur de ses devoirs face au Traité de non-prolifération datant de 1970. Jusqu’à ce que le problème de la politique nucléaire des États-Unis soit jugé en bonne et due forme dans un tribunal américain, la politique américaine en matière de menace ou d’emploi d’armes nucléaires doit être jugée dans la plus importante « cour » du monde ; celle de l’opinion publique. Ce sont les citoyens américains qui pourraient bien déterminer le sort du monde, par leur action ou leur inaction face à l’un des problèmes les plus importants auxquels l’humanité soit confrontée.

Les Charges

1. Les États-Unis n’ont pas respecté l’obligation d’entreprendre des négociations de bonne foi pour le désarmement nucléaire.

Le Traité de Non-Prolifération oblige les parties non seulement d’empêcher la prolifération des armes nucléaires à d’autres pays, mais oblige également les négociations de bonne foi à parvenir au désarmement nucléaire des cinq Etats parties dotés d’armes nucléaires : les Etats-Unis, la Russie, le Royaume-Uni, la France et la Chine. En interprétant cette partie du traité, la Cour Internationale de Justice a déclaré dans un avis consultatif de 1996 : « Il existe une obligation à poursuivre de bonne foi et de mener à terme des négociations conduisant au désarmement nucléaire dans tous ses aspects sous un contrôle international strict et efficace. » La politique des États-Unis n’a pas été de poursuivre de telles négociations, malgré les 40 années passées depuis l’entrée en vigueur du traité et plus de 20 ans après la fin de la guerre froide.

2. Les États-Unis n’ont pas respecté l’obligation d’engager des négociations de bonne foi pour parvenir à une cessation de la course aux armements nucléaires dans un futur proche.

Le Traité de Non-Prolifération nucléaire oblige également les parties à engager des négociations de bonne foi pour la cessation de la course aux armements nucléaires dans un futur proche. Mais plutôt que de négocier pour mettre un terme à la course aux armements nucléaires, les États-Unis ont continué à moderniser leur arsenal, son déploiement et les infrastructures, ce qui perpétue la course aux armements. Agir ainsi ne coûte pas seulement cher, c’est aussi provocateur et illégal au regard du droit international.

3. Les États-Unis menacent l’espèce humaine d’anéantissement de masse (omnicide).

La conséquence d’une guerre nucléaire à grande échelle pourrait être la disparition de la majeure partie ou de la totalité de l’espèce humaine, ainsi que des autres formes de vie. Ce serait une violation des plus flagrantes du droit international humanitaire. En fait, cela saperait le fondement même de la loi qui est la protection des personnes innocentes de tout mal. Le caractère aveugle des armes nucléaires et des politiques qui menacent de leur utilisation, comme la politique de dissuasion nucléaire, ne peuvent en aucun cas être conforme à la loi, étant donné que toute utilisation de ces armes provoquerait un désastre humanitaire qui dépasserait notre capacité à affronter la mort et la souffrance qui en résulterait.

4. Les États-Unis mettent imprudemment en danger la vie.

Certaines politiques des États-Unis peuvent être considérées comme mettant imprudemment en danger la vie sur la planète. Inclus dans ces politiques ; la dépendance à ses missiles terrestres, le maintien des armes nucléaires en état d’alerte élevé, le lancement sur alerte radar et l’utilisation en premier des armes nucléaire. Les missiles terrestres sont des cibles faciles en cas d’attaque lors d’une période de tension entre puissances nucléaires. Maintenir les armes en état d’alerte élevé et la politique de lancement sur alerte radar pourrait aboutir à un lancement suite à une fausse alerte, avec toutes les conséquences que cela implique en termes de représailles et de guerre nucléaire. Bien que cela soit peu connu des citoyens américains, leur gouvernement a toujours maintenu une politique de possible utilisation en premier d’armes nucléaires, plutôt que d’une politique de non utilisation en premier.

5. Les États-Unis commettent des crimes contre l’environnement (écocide).

Les effets d’une guerre nucléaire et les préparations en vue de cette guerre ne peuvent être contrôlées que ce soit dans le temps ou dans l’espace. Les radiations ne connaissent aucune limite et affecteront d’innombrables générations futures en empoisonnant l’environnement. Les effets d’une guerre nucléaire sur l’environnement seraient graves et de longue durée - en plus de l’explosion elle-même, d’incendies et des radiations – il s’agirait d’une famine nucléaire mondiale, même si l’origine en est une guerre nucléaire localisée.

6. Les États-Unis commettent des crimes contre les générations futures.

Le futur lui-même est mis en danger par les politiques d’armes nucléaires qui pourraient mener à une guerre nucléaire, et là où il y a des armes nucléaires, la possibilité d’une guerre nucléaire ne peut pas être rejetée. Une guerre nucléaire pourrait, au mieux, priver les nouvelles générations de la possibilité d’une vie prospère et durable sur la planète. Au pire, une telle guerre mettrait fin à la civilisation et exclurait la possibilité de toute vie humaine sur Terre.

7. Les États-Unis ont contaminé des terres indigènes.

La production d’armes nucléaires, les essais et le stockage des déchets radioactifs à vie longue ont eu lieu en grande partie sur des terres indigènes. Le site Nucléaire d’Handford, située dans la réserve de la Nation Indienne Yakama, est l’endroit où les États-Unis ont produit le plutonium pour quelques 60 000 armes nucléaires. C’est un des sites les plus contaminés de la planète et les Indiens Yamaka, à qui l’on a garantie des droits de pêche et de chasse permanents dans un traité de 1855, ont souffert de manière disproportionnée. Les États-Unis ont également contaminé les terres de la Nation Shoshone de l’ouest et les îles Marshall en procédant à des essais d’armes nucléaires et thermonucléaires.

8. Les États-Unis ont abusé la confiance de la communauté internationale.

Les îles Marshall ont été sous tutelles des États-Unis depuis la fin de la Seconde Guerre mondiale jusqu’à leur indépendance en 1986. Entre 1946 et 1958, les Américains ont testé 67 armes nucléaires et thermonucléaires dans les îles Marshall avec une puissance explosive équivalente à une fois et demi la taille de la bombe d’Hiroshima chaque jour pendant 12 ans. Les habitants des îles Marshall qui ont subi ces tests et leurs descendants ont souffert de blessures graves, de morts prématurées et de déplacements depuis leurs logements dans les îles, tout cela ne peut être interprété que comme une grave violation de l’état de tutelle de ces îles. Les États-Unis continuent de tester leurs missiles nucléaires intercontinentaux depuis la base Air Force de Vandenberg en Californie, qui est sur la terre des indiens Chumash, la cible de la plupart de ces missiles étant le site d’essai balistique Ronald Reagan dans les îles Marshall.

9. Les États-Unis ont ostensiblement gaspillé les fonds publics.

Les fonds publics utilisés pour développer, fabriquer, tester, déployer et maintenir l’arsenal nucléaire américain et son déploiement ont été estimé à plus de 7500 milliards de dollars. Même maintenant, plus de 20 ans après la fin de la guerre froide, le gouvernement continue de dépenser entre 60 et 70 milliards de dollars chaque année et prévoit de maintenir ce niveau de dépense pour la prochaine décennie. Ces fonds ont été prélevés sur des ressources qui auraient pu servir à nourrir des personnes sous-alimentées, à loger des sans-abris, à assurer l’éducation de nos enfants et aider à rétablir notre infrastructure et notre bien-être économique.

10. Les États-Unis ont conspiré pour commettre des crimes internationaux et les étouffer en silence.

La politique américaine sur les armes nucléaires menace chacun des trois principaux crimes du tribunal de Nuremberg : les crimes contre la paix, les crimes de guerre et les crimes contre l’humanité. Le gouvernement des États-Unis et les principaux médias américains ont conspiré pour empêcher la tenue d’un vrai débat public sur les crimes liés aux armes nucléaires. Pourquoi le gouvernement des États-Unis et les grands médias américains gardent le silence à propos de ces crimes ? Pourquoi les grands médias sont-ils si complaisants à propos de la politique d’armement nucléaire de leur pays, qui menace de détruire la civilisation ? Cette conspiration du silence a aidé à s’assurer l’assentiment des Américains.

Conclusion

La politique actuelle des États-Unis en ce qui concerne l’arme nucléaire est illégale, immorale et risque fort de conduire à une catastrophe nucléaire. Nous ne pouvons pas attendre qu’il y ait une guerre nucléaire avant d’agir pour débarrasser le monde de ces armes de destruction massive. Les États-Unis devraient mener cet effort plutôt que d’être un obstacle à la réalisation. C’est à la « cour » de l’opinion publique de s’assurer que les États-Unis assument ce rôle. Le temps est venu d’agir.

David Krieger est président de la Nuclear Age Peace Foundation.

Article original disponible ici.

1 Message

Répondre à cet article

SPIP | Se connecter | Plan du site | Suivre la vie du site RSS 2.0
Habillage visuel © Andreas Viklund sous Licence free for any purpose