France sans armes nucléaires

Accueil du site > Ressources et débats > "Les Français peuvent-ils vouloir renoncer à l’arme nucléaire ?"

"Les Français peuvent-ils vouloir renoncer à l’arme nucléaire ?"

dimanche 12 février 2012, par Administrateur

Un livre-argumentaire de Jean-Marie MULLER aux Editions du MAN, 104 pages

Ce livre peut être commandé au MAN LYON,
187 montée de Choulans, 69005 – Lyon
8 Euros l’exemplaire (port compris)
man.lyon@nonviolence.fr

Avant-propos.

La force du présent document repose sur la vigueur et l’actualité de l’analyse politique qui y est présentée. Les références au passé et les textes cités, bien au-delà de leur sortie des archives historiques, sont devenus indispensables aujourd’hui, afin de comprendre pour agir.

La question nucléaire est ici abordée sous l’angle de la contestation de tout pouvoir autoritaire, de la remise en question de notre pratique démocratique affadie, et surtout du défi philosophique, face aux périls qui se dressent devant l’humanité. Avec Étienne de La Boétie, bien sûr, il convient, en effet, de se demander jusqu’où ira notre servitude ?

Nous voici confrontés à la terrible interpellation qu’a exposée Valéry Giscard d’Estaing, à Auschwitz, puis dans ses Mémoires où il avoue l’impossibilité de décider qu’il aurait rencontrée, s’il s’était trouvé en situation d’avoir à recourir à l’arme nucléaire et donc de voir, probablement, disparaître la France. Il est une autre politique de défense possible que celle qui s’en tient à un pseudo réalisme, au risque de compromettre toutes les espérances terrestres ?

Nous voici, et ce n’est pas vrai seulement de l’armement nucléaire, ramenés devant des évidences rappelées par Albert Camus, Lanza del Vasto, Théodore Monod, et tant d’autres, dont Jean-Marie Muller, au cours des précédentes décennies :

  • la Bombe porte atteinte à la démocratie
  • elle fonde la monarchie présidentielle
  • elle est incompatible avec tous les idéaux de la civilisation occidentale et la contredit donc.

C’est par ce biais qu’il convient d’aborder l’hypothèse du désarmement unilatéral de la France. Le système institutionnel de la Ve République, d’origine gaulliste, enferme l’État dans une logique monarchique du pouvoir qui s’appuie sur la volonté de puissance représentée par l’armement nucléaire.

Jean-Marie Muller nous invite à considérer sérieusement cette situation à laquelle nous voici, plus que jamais, confrontés, et il nous incite à nous interroger sans plus tarder.

Le MAN s’associe à cette interrogation et la livre au débat public. Il n’est, de toute façon, plus possible de rester engoncés dans une doctrine de la dissuasion obsolète, qui nous fait vivre non dans la sécurité mais l’insécurité permanente.

Plus encore que les risques, évidents, liés à la prolifération nucléaire, aux dangers que cette prolifération étend à des utilisations terroristes de la Bombe, miniaturisée ou pas, il y va de notre survie, dès lors que, quelle qu’en soit la cause, l’arme nucléaire peut échapper au contrôle de la petite minorité d’hommes, faillibles, en charge de surveiller le dispositif militaire.

Devant des milliards d’hommes impuissants ou résignés, la dignité de l’humanité se trouve violemment atteinte. Il faut sortir de ces turbulences où il peut être mis fin à notre histoire. Avec ce texte nous visons à réveiller la vigilance démocratique des Français, des Européens qu’ils sont, des citoyens du monde qu’ils deviennent chaque jour davantage, sur une Planète qui nous apparaît de plus en plus étroite et fragile.

Le Comité de Coordination
du Mouvement pour une Alternative Non-violente

3 Messages de forum

Répondre à cet article

SPIP | Se connecter | Plan du site | Suivre la vie du site RSS 2.0
Habillage visuel © Andreas Viklund sous Licence free for any purpose